Il danse

Posté par lobop le 9 juin 2012

Elle le regarde danser.

Ce soir là, à ce moment là de la soirée, c’est lui qui a prit le dessus dans la danse. Après de nombreux morceaux où ils ont dansé enlacés, après certains où elle a dansé pour lui, dans le but de l’émoustiller, sur ce morceau là, il s’est mit à danser pour elle.

Alors la surprise et l’émotion montent en elle. C’est, de mémoire, la première fois qu’on danse pour elle. Il est le plus beau de la nuit, il est son cavalier et il danse, ondule en la regardant droit dans les yeux.

Elle admire son corps, ses bras et ses hanches, elle dévore des yeux son visage. Elle y lit le plaisir sensuel que lui procure la danse. Elle voudrait goûter l’énergie qui le traverse au bord de ses lèvres étirées en un rictus entre plaisir sexuel et transe.

Elle voit ses paupières se fermer et sa tête basculer en arrière, comme s’il s’offrait tout entier à son regard.

Elle est seule face à lui, debout et elle se rend compte qu’elle même ne danse plus. « tant pis, se dit elle, il n’est pas nécessaire pour moi de danser maintenant, je préfère le regarder ».

Souvent elle glisse ses doigts sur les muscles de son torse qui jouent et ondulent sous le t-shirt fin.

En elle les émotions sont vives, presque trop, et elle ne sait comment les gérer, son cœur bat la chamade, son ventre est empli de désir, elle oscille entre l’envie de sauter sur cet homme et de lui faire l’amour et celle de rester là, jusqu’au bout, à le regarder danser. Elle ne veut pas briser ce moment.

Elle regarde, alors que la frustration, le désir et la joie forment une tempête en elle.

De ses lèvres entrouvertes sort une sorte de plainte, inaudible grâce à la musique, de ne savoir quoi faire de cette énergie qui naît en elle.

Ses yeux lui brûlent de refuser de se fermer ne serait-ce qu’un instant, par peur de perdre une miette de ce moment.

Par magie, le monde a disparu autour, elle et lui sont transportés dans un autre espace-temps où les autres ne sont que des silhouettes floues et sans importance.

Il n’y a que lui et sa danse qui ait une consistance, une matière qu’elle se retient d’agripper, d’embrasser, de mordre.

Et quand il plonge ses yeux bruns dans son regard, elle se sent inondée d’une douceur, d’une tendresse et d’une passion qu’elle n’est pas sûre d’avoir mérité.

Alors elle sait qu’il ne danse que pour elle en ce moment, que c’est son cadeau à lui, pour elle, abasourdie devant tant de beauté, ne sachant que faire d’un présent aussi précieux, paralysée par la peur de le briser par un faux mouvement ou une parole déplacée.

Alors elle se tait et absorbe entièrement la joie qu’il lui donne, retenant ses yeux de pleurer de bonheur et de désir.

C’est le premier moment depuis très longtemps qu’elle vit entièrement, sans que son esprit ne soit tourné vers le passé ou l’avenir, mais pleinement concentré sans effort sur l’instant. Sur ce corps qui bouge, sur cette bouche sensuelle qui lui sourit, sur ces yeux qui expriment tout le désir qu’elle éveille en lui.

Elle regarde la courbe de son cou où plus tard elle promènera sa bouche. Ses cheveux humides de sueur où elle emmêlera ses doigts. Elle pressera son visage contre le sien, abandonnera son corps à ses bras puissants pour que dans cette étreinte, toute la joie et le désir éveillés par la danse explosent.

Elle lui rendra au centuple le plaisir qu’il lui a offert, elle se le promet. Pour qu’il sache à quel point ce moment, ce cadeau l’a bouleversée.

Pour qu’il sache qu’on n’avait jamais dansé comme ça pour elle, en lui faisant oublier le monde entier, en l’élevant en rang de déesse dans un monde de spectres.

Il saura, oui, que cela est le plus beau cadeau qu’elle ait reçu de sa vie.

 

612

Publié dans hot | 1 Commentaire »

 

ah les peintures de flo |
LE M.U.R. DE L'ART |
Ciel Pastel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FestiVous Festival occitan
| joemasse
| Collectif Maquis'Arts &...