bout de vie

Posté par lobop le 26 août 2011

J’ai eu dans ma vie plusieurs relations « sérieuses ».
La première à 16 ans qui a duré une année.
Je m’en souviens comme si je l’avais vue en film, c’était si beau, si pur …
J’ai tellement changé depuis que quand j’y repense je me demande si c’est bien moi qui ai vécu cela.
J’en ai toujours un sourire tendre en revoyant les enfants pleins d’amour que nous étions.

Seulement j’étais la moins pure, la moins douce de nous deux.
J’avais envie, j’avais faim de connaître autre chose, j’étais curieuse et déjà dévorée d’une libido débordante.
Si bien que quand je croisais le regard d’un autre jeune homme amoureux, j’abandonnais le premier pour aller vivre une nouvelle aventure avec celui ci.

Aventure qui m’apprit ce qu’était la colère, l’agacement, le ras-le-bol, la mauvaise foi…
Je dus me confronter à tout cela durant cette relation, tous ces sentiments négatifs que je découvrais autant chez lui que chez moi.
Au bout de 4 années à combattre, j’étais épuisée et le respect que je portais envers ce garçon commença à disparaître.
Quand j’eus l’envie de lui dire « mais putain ferme la, tu dis de la merde » à chaque fois qu’il ouvrait la bouche, quand j’eus honte de me trouver à ses côtés, quand je me mis à inventer des tas d’excuses pour ne pas passer de temps avec lui, quand je me mis à plaindre ses parents (que j’adorais) d’avoir un fils aussi stupide, je décidais de partir.

Ce ne fut pas une mince affaire, je commençais à lui en parler, sûre que j’étais qu’il ressentait lui aussi ce ras-le-bol, que ses sentiments à lui aussi s’étiolaient …
mais il fit l’erreur de retomber instantanément amoureux de moi … ce que les hommes sont masos … il s’accrocha de toutes ses forces.
Je tentais en vain de faire renaître la flamme en moi, puis je tombais amoureuse d’un autre homme et celui que je quittais se transforma en homme-colère.
Je vis en quelques mois ce à quoi j’échappais en le quittant, un être rongé par la violence, la haine, se détruisant à coup d’alcool et autres drogues, ne nourrissant plus que de la rancœur envers l’humanité.
Je dus lui interdire de m’approcher, et je continuais ma nouvelle vie, tendrement et passionnément amoureuse de ce nouveau compagnon que je m’étais choisi.

Je déchantais vite car celui ci se révéla être un homme-peur.
Peur des confrontations, peur de la souffrance, peur du danger et donc peur de l’amour.
Tellement peur qu’il était incapable d’aimer, de s’engager dans une vie d’adulte, de laisser la place à une autre dans sa vie.
Tellement peur qu’il se laissait bouffer par des êtres manipulateurs, trop lâche finalement pour imposer le respect qui lui était dû ainsi que celui qui aurait dû revenir à la femme qu’il avait choisie.

La peur est un sentiment sournois et handicapant.
Sournoise car on ne la reconnait pas tout de suite, elle a tellement de symptômes différents qui vous lancent sur de fausses pistes que si on ne décide pas d’aller chercher profondément la cause de tout ceci, on ne devine jamais que c’est elle, la Peur, qui contrôle tout.
Et handicapante car elle empêche toute évolution, tout progrès personnel, toute tentative au bonheur.

Aveuglée par l’amour, je ne me rendis pas tout de suite compte que j’étais malheureuse.
Et quand j’en fis le constat, j’étais déjà trop profondément amoureuse pour réussir à y changer quoi que ce soit.
Cette peur qu’il avait m’avait contaminée à mon tour, et je me retrouvais à attendre, prenant mon mal en patience et croisant les doigts pour un miracle qui changerait tout.

Un miracle arriva oui, mais pas celui auquel je pensais… après trois ans de relation, il me quitta… enfin, faisant preuve d’un habituel « courage », il partit un soir en me disant qu’il « ne savait pas ».
au bout de trois mois d’attente qui ne lui apportèrent pas plus de réponse que ça, je me rendis compte que j’en avais marre, que j’avais appris à vivre sans lui et passais le voir pour mettre un terme à tout ça.

Une dépression et demi plus tard, plusieurs aventures avec des amis-amants et un gros tri dans mes proches … me voici aujourd’hui.
Ayant vécu dix ans en couple, célibataire depuis deux ans, vivant librement mes aventures, amoureuse de ma liberté, aimant des hommes de passage sans désir de m’investir.
Comme je le dis à mes amies « je sais ce que je fuis ».
Cela ne m’empêche pas d’aimer et de souffrir mais la solitude ne me fait plus peur, elle est douce et terriblement créative, parfois un peu piquante oui, mais elle rend ma vie passionnante, faite de rencontres diverses et variées qui m’apportent toutes quelque chose d’utile.

L’homme-colère et l’homme-peur bien loin dans le passé, ma vie a changé et mes aspirations aussi.
Je suis devenue terriblement exigeante.
Les efforts et les concessions que je fais me sont à présent destinés.
Et je n’accepte plus n’importe qui dans ma vie.
Lorsque j’aime aujourd’hui ce n’est plus par besoin mais bien par envie.

J’ai fait taire mes névroses qui me poussaient à m’accrocher à un homme pour ne pas être seule face à moi-même. Et quand je fais le choix de m’investir c’est parce que la personne en face le mérite.

Bien sur on ne contrôle pas les sentiments, et heureusement, mais on peut contrôler leur impact dans le développement personnel.
J’ai vécu la dépression comme on purge une peine de prison pour le seul crime d’avoir été trop fragile.
Je n’ai pas l’intention de récidiver.
Je me suis réintégrée à la vie en développant ce qui dormait en moi depuis toujours : la créativité, l’écriture et cela m’a rendu plus forte.
J’ai aujourd’hui la force d’accepter la douleur pour ce qu’elle est, et donc de pouvoir la combattre.
J’ai la force de me regarder en face et d’accepter ce que je suis avec défauts et qualités.
J’ai la force de pouvoir vivre seule tout en acceptant l’amour quand il se présente.
Et je comprends aujourd’hui enfin qu’on puisse aimer et être aimée de manière totalement différente et non conventionnelle.

Il me reste beaucoup de névroses à combattre et mes vieux démons reviennent me chatouiller régulièrement.
Mais je suis sur la bonne voie et je continue à avancer.

811

Une Réponse à “bout de vie”

  1. STEED dit :

    5 Etoiles…….

Laisser un commentaire

 

ah les peintures de flo |
LE M.U.R. DE L'ART |
Ciel Pastel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FestiVous Festival occitan
| joemasse
| Collectif Maquis'Arts &...