l’amour des femmes

Posté par lobop le 17 août 2011

Je me relève pour écrire.
Je quitte mon refuge de sommeil pour celui de l’écriture.
Ce que les mots ont pris comme place dans ma vie !
Je sais aujourd’hui que je suis capable de tomber amoureuse de mots et que je suis autant capable d’aimer par les mots.
Est-ce fuir la réalité ? Non, je me rends compte que non.
Car les mots deviennent, ou plutôt sont déjà devenus, une réalité à part entière dans ma vie.
C’est par eux que j’arrive enfin à m’aimer, à me respecter, à m’accepter …
Ce qu’ils me font vivre est exaltant, passionnant, tellement fort que j’ai du mal à expliquer cette magie.
Ils me permettent aussi de partager ce que je suis avec mes amis.
En leur lisant mes textes, en les faisant vivre par ma bouche pour leurs oreilles, j’ouvre une fenêtre sur la profondeur de mon âme.
Ce que j’avais caché jusque là par peur … je ne me rappelle plus très bien pourquoi cette peur était là tellement elle me semble absurde aujourd’hui.
Mais elle était bien là, m’empêchant de vivre et de montrer enfin qui je suis.
J’ai tellement d’amour à donner, et je le fais par les mots.

Je pourrais vous parler pendant des heures de tous ces êtres que j’aime.
De ces femmes qui font partie de ma vie, que j’ai choisi pour leur beauté, intérieure bien-sûr et qui illumine leur visage.
Je vous dirais qu’elles sont fortes, terriblement, elles le sont assez pour arriver à montrer leurs douleurs, leurs peines et leurs peurs.
Pour accepter les mains tendues, pour accepter l’amour.
Oh oui elles sont aimantes, elles ne fuient pas non, devant cette magie, qui est la plus belle mais aussi la plus dure de toutes.
Elles aiment, et elles aiment tellement qu’elles en ont souvent mal.
Mais elles n’abandonnent pas, jamais, car elles sont la force de la terre.

Elles portent les hommes vous savez, elles les cajolent et les aident à s’élever.
Et elles y arrivent.
Ces hommes aimés par des femmes merveilleuses en deviennent beaux à leur tour, bons, aimants, et oh miracle, courageux.
C’est qu’elles s’arrachent l’énergie pour les aimer.
Car elles savent oui, au fond d’elles-mêmes, sans vouloir se l’avouer par excès de modestie, qu’elles sont des reines, des déesses, des sources de vie intarissables.

Ce que j’aime ces femmes et ce que j’aime leurs peines que je partage.
Nous avons les mêmes, nous nous soutenons, parce que le poids sur nos épaules est parfois si lourd qu’il nous faut se mettre à plusieurs pour le soulever quand il nous écrase.

Cela fait longtemps qu’elles me soutiennent ces femmes merveilleuses, et sans s’en rendre compte car elles le font instinctivement.
Cela est inscrit en nous, en elles qui savent aimer.
Et elles sont surprises et toujours reconnaissantes quand à mon tour je les soutiens, quand je leur donne ma force pour se battre contre l’injustice, l’angoisse, le mal-être …
Quand je prête mon oreille et donne toute mon attention, quand elles ont ce besoin de confidence, quand elles doivent hurler leurs peurs pour ne pas qu’elles les étouffent.
Car oui, nous nous confions, nous vivons nos douleurs ensemble pour être plus fortes, pour pouvoir nous relever, pour continuer à aimer.

Je ne me sens plus seule depuis que je les ai dans ma vie.

811

Laisser un commentaire

«
 

ah les peintures de flo |
LE M.U.R. DE L'ART |
Ciel Pastel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FestiVous Festival occitan
| joemasse
| Collectif Maquis'Arts &...